Riensavoir

Accueil du site | Plan du site | En résumé | Espace privé

Brèves

L’inquiétude des rabbins

JPEG - 14.9 ko
Les Rabbins dans le doute
Protestant de ne pas pouvoir se payer un joli chapeau comme ses collègues un rabbin téléphone à son inspecteur des impôts pour obtenir un abattement.

JERUSALEM (AFP 16/03/05) - Le Procureur de l’Etat d’Israël, Menahem Mazuz, a recommandé aux autorités fiscales du pays de prélever des impôts sur les revenus des rabbins obtenus par la vente de bénédictions et d’amulettes.

Mais 18 mois plus tôt M. Mazuz avait déjà demandé au fisc de taxer les sommes octroyées aux rabbins pour célébrer des mariages ou des circoncisions. L’administration fiscale avait donc projeté de créer un nouvel emploi de préposé aux prépuces. Lequel ne serait certainement pas un peigne-zizi car ce marché représente des sommes considérables, évaluées par le fisc à plusieurs centaines de millions de shekels (un shekel vaut 0,23 dollar environ).

Des arguments pas très catholiques

Les prêtres français ont récemment réagi à cette information pour préciser que les deniers du culte ne pouvaient pas être imposés. Souvent affirment-ils les enfants de chœur substituent quelques boutons de culotte aux pièces qu’ils récoltent, quand ils n’empochent pas carrément une partie des dons des ouailles. Lesquels depuis l’apparition de l’Euro se défaussent souvent de pièces qui n’ont plus cours et sur lesquelles les quêteurs ferment les yeux.

Finalement cela rejoint en partie les soucis des rabbins cités plus haut. Le plus important n’est-ce pas finalement qui quête ?

L’inquiétude des rabbins face aux coiffeurs 6 octobre 2006, par Le barbier de ces vils, reporter au Figaro

Ce n’est pas avec ces zigottos que je vais faire fortune, ma foi !

L’inquiétude des rabbins face à la solitude 6 octobre 2006, par Le rabbin de Seigle, dans le 48.

Un rabbin particulièrement inquiet, c’est celui de Tarascon. En effet il est seul. On ne le voit donc pas beaucoup. Comme disait Alphonse Daudet, c’est le rare rabbin de Tarascon.