De graves déprédations viennent d’endommager un ouvrage d’art métallique sur la frontière nord. Le CLL, Cou de Libération de la Lozère, a posé des substances explosives contre le viaduc d’Eiffel, réduisant ses atours. Le Cou secoue Garabit et se moule dans une voie d’action, pensant par ce chemin défaire l’étau, avant qu’il ne soit trop tard, du jacobinisme de l’état français.

Un cou irréfutable ?

On parle du cou, sans preuve irréfutable qu’il s’agisse bien de lui. Avant de le tirer ou de le couper, il faut attendre plus de données. Si d’aventure il s’agissait du Cœur de libération de la Lozère ou même du Cul de libération de la Lozère, nos vaillants pandores départementaux n’agiraient pas de la même façon. Pour que le Cœur arrête de se battre, on peut avec un peu de veine le mettre par terre. Quant à l’arrêt du Cul, il suffit qu’après avoir été sur ses talons, la police se mette sur ses fesses et le trousse. Si comme il est probable il s’agit bien du Cou, il faut le tordre. Des plaies sûres entraîneront sa mort dans l’âme. Si ces plaies sûres sont volontaires, il y a cou franc.

La bonne éducation et les règles prévalant dans notre civilisation alti-terrienne, même si par chez nous la préciosité de langage n’a pas cours, permettent d’affirmer que s’il peut s’agir du séant de libération de la Lozère, il semble fort improbable que céans, on puisse penser à des Couilles de libération de la Lozère. Si c’était le cas, il faudrait séance tenante ramener sur une berge moins dure, ces soldats perdus de l’anatomie. A moins que ce ne soit un missile à tête chercheuse agissant pour le compte d’une puissance étrangère, des partisans Périnéens ou des Slaves ayant franchi leurs montagnes et leurs cols de luttes russes sous un déguisement anodin. Même si l’habit ne fait pas le moine, ce serait la curée.

La cervelle de Satan

Nonobstant ces supputations, l’érection d’un tel machiavélisme ne peut naître dans le sein d’une cervelle telle que Satan l’habite. Il serait alors urgent de circonscrire les coupables et de pratiquer l’exorcisme approprié, tel qu’Abraham le fit avec Isaac. Un Isaac de nœuds en quelque sorte, fait à la bougie par un membre majestueux de l’histoire. Un sire qu’on cire, parqué dans les lattes d’un rôle brillant. Mais où tous les cous ne sont pas permis.

Lozérix - Ambroise désemparé et chirurgien dans un jeu de béquilles.