Tous les Lozériens ont un jour entendu parler du FLL, Front de Libération de la Lozère. Groupuscule mythique ou canular à l’orange, rêve de potaches ou cauchemar de la police, ce sigle légendaire défraie régulièrement la chronique, surtout lorsqu’il est confondu avec la Foire aux Labels de Langogne (48300).

Question : pourquoi parle t-on toujours du Front de libération de la Lozère ? Le Front, quand il est national par exemple, est le siège de la bêtise à front de taureau, comme disait Berthold Brecht. Pourquoi pas le MLL, menton pour la libération de la Lozère ? Après tout, le menton est le siège de la parole, puisque la bouche et le palais sont assis sur lui. Et la parole à front de taureau, ça n’existe pas. Certes, il y a des paroles lourdes de sens, ou des paroles à la légèreté blâmable et encore des paroles en l’air. Pour pallier ces dernières, il suffit de crier fort, les paroles s’envolent mais les cris restent. MLL, je crie ton nom. Idée lumineuse n’est-il pas ? MLL je krypton nom, et là il nous éclaire le chemin. MLL je crypte ton nom, idéal pour la clandestinité et le repos des guerriers dans des caves religieuses.

L’OLL, Oreille de Libération de la Lozère

Vous me direz, phonétiquement parlant, menton de libération de la Lozère, ça ne sonne pas bien. On ressent comme une dissimulation de la vérité, c’est indéniable. Alors OLL, oreille de libération de la Lozère, dont le chef se prénommerait Louis ? PLL, pied pour la libération de la Lozère irait bien pour le caractère dissimulé de l’entreprise. Quoi de plus secret qu’un pied occulte. MLL ou le M serait l’initiale de main ? Pas mal, en cas de fuite on aurait une main courante, mais en cas d’arrestation par la police, les fâcheux ironiseraient sur la main au panier à salade. DLL, dos pour la libération de la Lozère ? Bien des situations seraient adaptables à ce vocable. Le DLL doit se cacher, alors il fait le dos rond. On charge le DLL d’actes qui ne lui sont pas imputable, le DLL a bon dos mais aussi le dos large. Le DLL commet une fausse note sur son instrument à vent, c’est qu’il a perdu le do de sa clarinette. Si on lui reproche la même chose sur son instrument arrière, c’est qu’on ne lui fait pas de cadeau. Le DLL est démantelé et ses partisans jugés coupables de faits graves sont condamnés à être fusillés, le DLL a le dos au mur. Le DLL fait peur, il donne froid dans le dos.

On peut multiplier les possibilités à l’envi et on trouvera nombre de parties du corps qui évoqueraient plus héroïquement les desseins en questions. Le front est trop souvent plat, fuyant ou bombé, ce qui est le comble pour des terroristes dynamiteurs. Ne parlons pas des coups de boule qui sont souvent les affronts lamentables de personnes à court d’arguments. Qu’on les chasse, à courre s’il le faut. Ils ne feront pas long feu.

CLL, Cuisse de libération de la Lozère sonnerait bien aussi. Même s’il peut y avoir confusion avec la Cuisse de libération des Landes, du Lot, du Languedoc, de la Loire, de la Loire Atlantique, du Loir et Cher, du Loiret ou du Lot et Garonne. Qu’importe, il suffit de demander poliment aux cuissard(e)s concerné(e)s : L’l ou la cuisse ?

Lozérix - Bombe Anatomique des combes glacée.