Eloignons-nous pour une fois des rivages étangtaculaires ou lagunaires des lacs du Gévaudan, quittons un instant les embruns des cascades de Runes et du Déroc pour nous rendre vers une terre sœur puisque découverte par le même homme.

Du Gévaudan à l’Amérique du sud

C’est en effet Christophe Colomb comme on l’a appris récemment qui, suite à ces rencontres de terres nouvelles, a laissé son nom à Sainte Colombe de Peyre (48130) en Lozère et à la Colombie en Amérique du Sud. Il se trouve que les 28 et 29 février dernier le navire-école de la Royale, le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, a fait une escale particulièrement remarquée dans le port de Cartagena, ville qui tire son nom de la carthagène, apéritif si commun sur nos hautes-terres et qui a été introduit en Colombie par Colomb lui-même, après son séjour en Gévaudan. Ce fut une escale très originale puisque le pont d’envol du bâtiment a servi à la présentation d’un défilé de mode par de ravissants mannequins colombiens.

Dés l’apparition des premières étoiles défilantes, on n’a plus entendu la moindre voix sur la Jeanne d’Arc, tous les regards et toute l’attention des marins étant captés par ces colombines dont ils se seraient volontiers fait les pierrots.

JPEG - 59.7 ko
Sur le pont du "Jeanne d’Arc"
Un modèle de la styliste colombienne Silvia Tcherassi, porté avec Brio (Jean-Paul, absent de l’image pour cause de mal de mer).

C’est un beau gotha d’officiers supérieurs, officiers mariniers quartiers-maîtres et marins, aux côtés des autorités civiles et militaires colombiennes qui ont applaudi le chatoiement de l’arc-en-ciel de couleurs, de formes et de styles, autant du porté que des porteuses qui étaient loin d’être amères. Jusqu’au pacha du navire, arc-bouté contre l’amare porteuse, qui en tanguait de plaisir.

Des bellâtres de Cassini aux chicos guapos des Caraïbes La Lozère se trouvant donc jumelée de fait avec la Colombie, il a été décidé de la programmation d’une visite en Gévaudan du navire-école Almirante Padilla des cadets de la marine colombienne. Ce sera l’occasion d’une manifestation similaire soit présentée à nos visiteurs. Cela pourrait se passer lors de la prochaine armada de Rouen qui aura lieu à Naussac quand le lac sera à nouveau plein. Il s’agira de présenter aux cousins de Colombie un défilé de miss Lozériennes portant des créations vestimentaires des stylistes locaux, ceux qui étudient en BTS à Nîmes par exemple, sous la férule de leur archange breton qui pourra les faire défiler sous un arc de triomphe qui n’aura rien à voir avec les arcs sots.

Cela pourra aussi être l’occasion pour nos ressortissantes de se changer l’horizon des bellâtres de Cassini ou de Finiels, pour s’exporter vers les sommets andins et enneigés du Nevado de Huila, pic jumelé avec le Mont Lozère.

Lozérix. Où il y a de la carthagène il y a du plaisir, comme quand l’arc est au logis.