A Fouras (charente maritime) j’ai passé d’agréables vacances, cet été, à prendre le frais durant la canicule. C’est un mignon petit village d’où je me suis rendu à l’île d’Aix, juste en face ; au Fort Boyard, juste à côté… et même à l’île Madame, oui monsieur ! J’en ai profité pour me promener sur la presqu’île de la fumée (qui, elle, n’a heureusement pas augmenté en janvier) et je me suis régalé avec les fameuses éclates de moules.

A Fouras, vous vous en rendrez vite compte, la mairie n’a pas ménagé ses efforts pour rendre la ville agréable. Après les dégâts créés par les déchaînements météo de l’an 2000, les aménagements publics ont tous été rénovés, on ne trouve plus une seule trace de la tempête ! Ainsi en est-il des nouvelles plaques de rues, toutes pimpantes désormais.

Mais le conseil municipal n’a pas voulu s’arrêter en si bon chemin : car se retrouver dans la rue Ferdinand de Lesseps, ce peut être l’occasion d’acquérir un nouveau savoir. Qui est donc Ferdinand de Lesseps, vous le savez, vous ? A Fouras, ce n’est plus un problème : désormais, sous le nom de la rue, du boulevard, de l’avenue figure désormais son explication.

JPEG - 26.9 ko
Eric Tabarly, c’est un navigateur.

Ainsi, ici, au début de la presqu’île de la fumée on nous explique qui est Eric Tabarly : Un navigateur. Bien sûr, vos esprits avides de savoir risquent d’en rester sur leur faim : sur quoi naviguait-il, ce monsieur Tabarly ? Un Vaurien, lorsqu’il était scout ? Un sous-marin où il passait son temps dans la cambuse ? Et pourquoi est-il célèbre ? Las, voyez comme peu d’espace, mignonne, on a dessus la place. Il faut condenser, réduire l’info à l’essentiel. Savoir qu’Eric Tabarly n’est pas danseur étoile, c’est déjà ça.

D’ailleurs à la rue suivante on a de nouveau l’occasion de se cultiver. Le 11 novembre, je suis sûr que vous aussi, vous vous demandez bien ce que ça peut être ? Eh bien, à Fouras, on vous le dit : c’est une date. Pourquoi est-elle célèbre, que commémore-t-elle, ceci est une autre histoire, on n’a pas la place d’écrire un roman. Mais déjà, le 11 novembre, vous savez que ce n’est ni le président du MEDEF, ni un charpentier de marine. Le 11 novembre, c’est une date. Qu’on se le dise.

JPEG - 33.9 ko
...et le 11 novembre, c’est une date, tout simplement !

Moi, aux prochaines élections, je déménage à Fouras et je vote pour ce maire. A Palavas on n’a pas une seule indication en dehors du nom des rues. On n’apprend rien en se promenant au milieu des touristes en maillot de bains. Alors qu’il serait si facile d’indiquer par exemple : Avenue de la mer : Eau, ou Rue des Chasseurs : Pan ! Pourquoi on n’aurait pas le droit de se cultiver, à Palavas, vous pouvez me le dire ?