G. W. Bush avait raison. L’Irak, dans les sous-sols pernicieux des résidences de Saddam Hussein, préparait en secret une agression sans précédent dirigée contre le monde libre. Les boys du Texas en détiennent maintenant la preuve formelle.

Et voilà. Voilà la preuve tant attendue. L’incroyable, l’inimaginable, l’inconcevable était vrai. Dans leur recherche impitoyable de la vérité, les soldats de l’Alliance Anglo-américaine ont mis au jour les maléfiques desseins d’Hussein. Dimanche matin, à l’heure de l’apéro, les français médusés sont restés cloués de longues secondes devant leur écran de télévision. Le reportage de CNN ne laissait plus le doute planer, hélas.

Tout le monde a vu ces images de l’embeded reporter de CNN en combinaison de protection chimique, le micro collé devant le masque à gaz et les carreaux embués à cause des 43° du printemps irakien, suivant, caméra au poing, la traque des valeureux boys dans l’une des résidences de Saddam Hussein. La caméra, comme happée par le cauchemar, était magnétisée par l’objet du délit.


C’est là, oui, dans ce placard à apéritif du Président Irakien coupable décidément des pires dissimulations, c’est là que le monde entier a découvert, habilement dissimulés derrière des bouteilles de Chivas et de Muscat de Lunel, un stock encore intact de petits Belin, et, plus grave encore, de sachets de Bretzel parfaitement frais.

G.W. Bush : la preuve est faite !

Le Président Bush a faillit s’étrangler avec ses cacahuètes de sécurité (de marque "Président Carter" les seules admises à la Maison Blanche) en découvrant ces images terriblement accusatrices. D’après le général commandant les forces alliées, un camion entier de Bretzel, de marque allemande, aurait été découvert dans les sous-sols de l’un des palais présidentiels, et la Maison Blanche n’a pas manqué de souligner cette collusion entre l’Irak et la vieille Europe.

"Elle n’a pas cessé, malgré nos avertissements, de fournir l’Irak en Bretzels de première qualité" s’est exclamé un conseiller. Nous ne pourrons admettre plus longtemps que le monde soit mis en danger de manière intentionnelle.

JPEG - 4.8 ko
Les Bretzel de Saddam
Dissimulés dans une des résidences du Raïs, des milliers de Bretzel attendaient tranquillement l’heure de leur oeuvre de mort pendant que les membres du parti Baas se tapaient cyniquement un Cinzano…

L’Allemagne est montrée du doigt : "Il doit y avoir arrêt immédiat de ce trafic d’armes qui met en danger la vie de tous" a déclaré le porte-parole Etats-Unien. Nous allons mener une investigation avec les moyens technologiques les plus puissants que possède l’amérique pour éradiquer les Bretzel de la face du monde.


Rappelons que peu de temps après son élection, G W Bush a subi une agression de degré maximal de la part d’un Bretzel non identifié. Il a eu la vie sauve grâce à la présence d’esprit de son épouse qui faisait sa prière, et qui, se saisissant d’une Bible, lui en asséna de grands coups sur l’occiput pour lui faire reprendre sa respiration. On comprend pourquoi le Président déclara alors une guerre sans merci à tous les Bretzel, sur terre, sur mer et dans les airs.

Cette fois c’est sûr, par Bible interposée Dieu a protégé la Grande Nation. On tremble à l’idée que, si elle n’avait pas été croyante, madame Bush aurait pu lire au lit l’Encyclopedia Universalis en 24 volumes au lieu des saintes écritures… Les diaboliques Bretzel auraient eu gain de cause !

"God bless America". Dieu bénisse l’Amérique.