Parmi ceux qui font le RIEN une mention spéciale revient a JMR, Président a dorer de l’Association RIEN et Ouèbemestre efficace du site Rien Savoir sur Rien. Il mérite une mention spéciale et une palme d’or comme le dit le canard assoupi quand sa palme dort. Pour décerner cette palme je prends ma plume à pointe de plomb, moulée mais pas lourde, qui glisse comme une plainte tel un cri sans thème sur une feuille palmilobée.

JMR est déjà pourvu d’une palme, agitée consciencieusement par une petite dame vêtue d’une simple gaze et d’une plume dans le paf, au-dessus de son hamac. Or donc pourquoi une nouvelle palme à celui qui cherche l’oie d’Emile Neuf, sans Huns à l’inverse d’Attila. Car il est le créateur du RIEN ! Et croyez-moi, tout le monde ne peut pas dire avoir RIEN fait. Le RIEN faut-il le rappeler, c’est le Réseau Internétique des Emules du Néant, à ne pas confondre avec une association sise en Chine, le RILN. qui est le Réseau Interprofessionnel des Limules de Nankin. Limule qui, répétons le, est un animal de genre masculin, même lorsqu’il s’agit d’une femelle. L’activité principale du RILN est de se dorer le limule.

C’est un 24 décembre que JMR créa le RIEN, c’est pourquoi il entonna aussitôt les cantiques appris lors son séjour dans la Tsar-Académie alors dirigée par Yvan Rebroff :

- Il est le né le divin néant,
- sortez le vin, résonnez musettes,
- il est né le divin néant,
- fêtons ça à l’aven Armand !

suivi de :

- Ah le petit néant,
- qu’on voit sous les tonnelles
- du côté de Grabelles
- où vivent ses parents


Cette naissance fut saluée de façon unanime et ininterrompue d’une litanie de glorias et alléluias vigoureux par la presse locale et internationale, et bien sûr par la paresse locale, séduite on s’en doute par le RIEN fait. En ce vendredi des sandres, jour d’ouverture de la pêche à la baleine blanche, rendons donc grâce à JMR, évêque du RIEN, grand-Manitou du Vide, druide du Néant, lama de l’Ether, patriarche des Limbes. Prosternons nous devant tous ces sacerdoces, même si une vaine polémique (Sylvaine Polémique est la sœur de Polémique Victor) a un temps agité la communauté du RIEN, car certains objectaient que le titre de lama ne convenait pas au Président, car le lama a ses douanes alors que le RIEN n’a pas de frontières. Il leur fut habilement répondu qu’ils confondaient le RIEN avec de la salade russe, et que de toutes façons, rendre hommage au haut-mage ne mangeait pas de pain.

Terminons cette éloge de théâtre d’une citation ménagère de KL dite La Souris, qui loue chaque jour les Dieux que son Grand-Loup s’adonne au RIEN, car le RIEN ne laisse pas de traces, il est donc inutile de passer le balai ou l’aspirateur derrière lui. Il en irait effectivement tout autrement si JMR s’adonnait au grignotage de galettes de Pont-Aven, biscuit breton et circulaire réputé pour sa friabilité.

Je déclare donc solennellement JMR palmé, d’ores et déjà, d’or et de jade des pieds à la tête.

Ainsi immortalisé en statue chryséléphantine, JMR arbore l’allure noble du Dix-cors aux bois revêtus d’ample mousse et au brame rauque et fort des héros des temps modernes.

Petit Larousse illustré LIMULE n.f. Arthropode marin (...)

Un article exhaustif sur La Limule pourra être consulté à bon escient ICI

Par contre, on vous parlera du Limule dans ce site très scientifique dont voici un Extrait

Le crabe en fer à cheval C’est ainsi qu’on nomme également cet arthropode marin muni d’une solide carapace brune à la forme caractéristique de fer à cheval sur la face inférieure. Le corps de ce chélicérate, qui peut atteindre 70 cm de long, se divise en trois parties : un céphalothorax volumineux, un abdomen formé de segments soudés et une telson pointu comme un aiguillon. La face dorsale du céphalothorax (ou prosoma) est constituée d’une carapace de forme convexe qui protège les organes vitaux. La face ventrale porte six paires d’appendices : la première paire de pattes ou chélicères aide à la préhension de la nourriture, les cinq suivantes ou pédipalpes participent à la locomotion de l’animal. La dernière sert, par ailleurs, à nettoyer les branchies lamellaires situées sur l’abdomen (ou opisthosoma). (…)