Les savants nous avaient prévenus depuis quelque temps déjà : l’Astéroïde 2005 YU55 suit une trajectoire parfaitement identifiée et vise la Terre. Elle le dirige vers un point spécifique, qui sera atteint mardi à 23 h 28 GMT. A 324.600 km de la Terre, soit 0,85 fois la distance de la Terre à la Lune, mais il est fort probable que la trajectoire prévue soit modifiée par l’équipage dans les derniers moments pour viser directement la Terre. Il s’agit vraisemblablement d’une attaque des extra-terrestres.

Stupeur sur TF1 : la guerre des mondes a commencé

"Mardi 8 novembre c’est un porte-avions de 400 m de long qui va lancer une attaque contre la Terre et sans doute détruire toute l’humanité" a déclaré Nicolas Sarkozy à Jean-Pierre Pernaud lors de son intervention sur TF1. "Il faut réagir avant qu’il ne soit trop tard, et se mettre tous d’accord pour appliquer la solution que je propose." a-t-il ajouté.

"J’ai appelé Angela - Madame Merkel, la présidente de l’Allemagne - et Barack - le Président Obama, des Etats Unis d’Amérique, et ils ont tous les deux accepté ma solution, qui est la seule possible."

Le terrifiant porte-avions 2005 YU55

De nombreux journaux avaient révélé le danger.

On va tous mourir, monsieur Pernaud !

"Vous savez ce que c’est, un Astéroïde, monsieur Pernaud ?" a continué le Président Sarkozy. "Eh bien c’est une arme de destruction massive qui va tous nous détruire si on ne réagit pas. Vous savez ce que c’est qu’un porte-avions de 400 mètres de long monsieur Pernaud ? En pierre, comme le palais de l’Elysée ! Vous imaginez ?

Et 400 m, vous savez combien ça fait monsieur Pernaud ? Ça fait 100 m de plus que la tour Eiffel. Oui monsieur Pernaud. 100 m de plus !"

Jean-Pierre Pernaud, subjugué, d’ordinaire si loquace, en est resté muet.

"Imaginez ce qu’il peut y avoir dedans, comme vaisseaux d’attaque invincibles, cachés au cœur de la pierre monsieur Pernaud !" a continué le Président Sarkozy. "Vous avez déjà vu un porte-avions en pierre de 400 m ? C’est effrayant ! Comment le détruire monsieur Pernaud ? Même une navette américaine s’écraserait contre la pierre ! C’est terrible. Si on ne fait rien, on va tous mourir."

Le Plan présidentiel incontournable

Jean-Pierre Pernaud, catastrophé, avait du mal à garder son calme. Ses yeux sortaient littéralement de ses lunettes.

– Qu’allez-vous faire, monsieur le Président ?

– J’ai préparé un plan d’attaque, monsieur Pernaud. Il faut savoir, comme je l’ai expliqué par téléphone à Mme Merkel et à M. Obama, que nous n’avons pas, sur Terre, les armes nécessaires pour détruire ce porte-avions qui, je vous le rappelle, est en pierre. La seule possibilité, la seule, c’est de dissuader l’équipage d’attaquer. De lui envoyer un message radical, qui lui montre que nous ne sommes pas décidés à nous laisser faire…

– Oui mais quel message, monsieur le Président ? Et comment communiquer avec des extra-terrestres ? Il comprennent le français ?

– Monsieur Pernaud, j’ai bien réfléchi. J’ai choisi un langage interplanétorial. J’ai expliqué à madame Merkel et à monsieur Obama que j’ai inventé un code, à la fois par radio, par sémaphore et en langage des signes, que les extraterrestres peuvent comprendre. Sur la tour Eiffel on mettra en place un système sous forme de banderoles que je vais faire peindre à l’Elysée par Carla et mes fils. Ce week-end.

Le message présidentiel

Jean-Pierre Pernaud semblait à peine plus rassuré. Ses lunettes s’embuaient.

– Je sais ce que vous allez me dire, monsieur Pernaud, vous voulez connaître le message, c’est ça ? Madame Merkel et monsieur Obama m’ont écouté, et ils ont été d’accord avec moi.

– Quel est votre message, monsieur le Président ?

– Le vais vous poser une question, monsieur Pernaud. Quel message vous pourriez envoyer, dites-le moi ? Un message définitif ? Capable de convaincre les extra-terrestres qu’ils ont affaire à plus fort qu’eux ? Et qu’ils ne peuvent pas attaquer la Terre car ce serait trop dangereux ?

– Je ne sais pas !

– Vous voyez !

– Quel est votre message, monsieur le Président ?

– Mon message est simple et implacable. La simplicité, la clarté, l’efficacité, voilà mon message.

– Quel est votre message, monsieur le Président ?

"Casse-toi, pauv’ con !"

Le message a bien été envoyé et le porte-avions extraterrestre n’a pas changé de trajectoire. Un bon message se suffit à lui-même, c’est même la base du discours présidentiel que connaissent bien ses compatriotes.

Merci monsieur le Président !