La science des tremblements de terre est d’autant mieux maîtrisée que le chercheur qui l’étudie appartient à un pays où on les connaît bien. Et il les connaît bien car il les fréquente assidûment, parce qu’il s’en produit souvent. En France nous sommes ainsi spécialistes des crises de foie, à Rome des crises de foi, et c’est en Iran que les meilleurs chercheurs étudient les tremblements de terre…

En Iran la science bénéficie d’un soutien supplémentaire par rapport aux autres pays : elle est efficacement secondée par la religion. Les imams et autres ayatollahs ont probablement une relation directe avec Allah, qui leur fait passer des manuscrits enluminés rédigés en Persan sur la mécanique quantique, le Big Bang ou la théorie des cordes, très utile sur la grand’place de Téhéran avec la dynamique des jets de pierre. Ainsi un imam en sait souvent autant que son collègue du labo proche, ils échangent ainsi sous la gandourah, en permanence, des infos de première main.

Dans le domaine des tremblements de terre on a pu ainsi profiter des analyses éclairées de l’ayatollah Kazem Sedighi qui va certainement publier rapidement le résultat de ses recherches dans la revue "Sciences". Chance pour nous, il nous en a offert la primeur comme nous le révèle un article du Nouvel Observateur, pour lui "les catastrophes naturelles sont le résultat de notre propre comportement".

Une analyse très intéressante

On sait grâce à la Bible, le traité de physique fondamentale divin transmis précieusement par des générations d’évêques, que Noé par exemple a pu sauver la création uniquement parce qu’il a construit l’Arche avant le déluge, lequel était provoqué par le comportement des hommes, une accumulation de "mauvaises manières" à Sodome, Gomorrhe et autres lieux. C’est vrai que si vous volez impunément votre prochain, si par exemple vous emportez dans vos bagages une tonne et demie d’or volée à un peuple en 23 ans de règne, Allah vous punit immédiatement en faisant trembler votre avion au décollage. C’est un événement incontestable à l’appui des dires de notre imam qui en a tiré ses leçons.

Partant de la constatation qu’en Iran "beaucoup de femmes mal habillées corrompent les jeunes" car, ne portant pas le niqab, elles excitent la concupiscence des jeunes iraniens qui n’arrivent pas à se maîtriser, la conclusion s’impose d’elle-même. En Iran en effet l’atmosphère est surchauffée et les jeunes gens se sentent de plus en plus corrompus. Ils séduisent alors ces femmes mal habillées, c’est-à-dire habillées comme en France, à Romorantin par exemple où l’atmosphère plus fraîche sans doute ne produit pas les mêmes effets sur les jeunes gens.

A Téhéran des femmes habillées comme à Romorantin se laissent donc séduire par ces jeunes iraniens en rut. Horrible ! Ou bien elles ne sont même pas mariées et ont quand même avec ces malheureux jeunes gens (souvent des étudiants sans emploi ou sans ressources) des relations sexuelles illicites. Voilà la cause dévoilée !

L’augmentation des relations sexuelles illicites est la cause de l’accroissement des tremblements de terre, estime l’ayatollah Kazem Sedighi, imam de la prière du vendredi de Téhéran, cité samedi 17 avril 2010 par le quotidien Aftab. Les relations sexuelles hors mariage sont officiellement interdites en Iran (La loi de protection contre les tremblements de terre).

Le verdict est dont tombé comme un couperet, une pendaison sur la place publique ou une lapidation dans la rue : "Les catastrophes naturelles sont le résultat de notre propre comportement", a déclaré l’ayatollah, avant d’ajouter que "l’augmentation des relations sexuelles illicites fait accroître le nombre des tremblements de terre". Il renchérit : "beaucoup de femmes mal habillées corrompent les jeunes", faisant référence à un non-respect de la tenue islamique.

A Romorantin les femmes sans niqab sont maintenant regardées d’un autre œil.

Une dénonciation éclairée des religieux conservateurs

Souhaitant à tout prix éviter de futurs tremblements de terre les religieux conservateurs, ces hommes éclairés soucieux de l’avenir de leurs ouailles (aïe-aïe) dénoncent régulièrement le non-respect du code vestimentaire islamique strict par une partie des jeunes iraniennes, en particulier à Téhéran et dans les grandes villes du pays.

JPEG - 39.2 ko
La nouvelle mode à Romoratin
Les jeunes femmes de Romorantin (qui ont une vie sexuelle très libérée) ont adopté dès l’annonce de l’ayatollah une tenue propre à prévenir l’activité sismique. Il n’y a eu aucun tremblement de terre à Romorantin depuis de nombreuses années.

"Nous n’avons pas d’autre choix que de nous conformer aux règles de l’islam", a affirmé l’ayatollah Sedighi, en rappelant les récents propos du président Mahmoud Ahmadinejad qui avait mis en garde contre les risques de séisme à Téhéran.

Kazem Sedighi a également affirmé qu’il "fallait un effort collectif" pour régler les problèmes de la société provoqués par "l’augmentation de l’âge du mariage et du nombre de divorces". Gageons qu’avec les recherches pointues de ces autorités et leurs discours sensés toute la population iranienne est de plus en plus soucieuse de suivre leurs recommandations.

La question annexe qui est à l’étude maintenant par les religieux d’Iran est "Y a-t-il eu une importation massive de viagra en Haïti vu la violence du séisme ?" Une enquête est en cours par les reporters islamistes iraniens. L’ayatollah Sedighi ne s’est en revanche pas prononcé sur l’interaction qui pourrait intervenir entre l’activité des volcans islandais et le port du string.

Appel à volontaires

On se souvient du rapport Kinsey sur la sexualité humaine, ou de braves docteurs ont demandé à des couples de faire l’amour en laboratoire (sur des paillasses ?) afin d’observer leurs comportements, leurs réactions, leur rythme cardiaque et leur tension sanguine avant et après l’effort.

Après la communication de l’ayatollah Kazem Sedighi un test va être réalisé pour quantifier le nombre de tremblements de terre consécutifs à des relations sexuelles licites et illicites. Des couples mariés et non mariés vont devoir faire l’amour de manière répétée sous contrôle médical et les secousses sismiques enregistrées pendant leurs ébats seront analysés pour comparer leur intensité suivant que les relations sexuelles sont licites ou illicites.

Si vous êtes volontaires, veuillez contacter le journal qui transmettra vos noms et adresse à l’ayatollah. De jeunes couples peuvent également faire l’objet de ces expérimentations, avant puis après leur mariage, pour obtenir des résultats exempts d’erreurs. A noter que les couples seront installés dans un bâtiment aux normes antisismiques, pour éviter tout désagrément et des frais de réparation du laboratoire ou de reconstruction qui grèveraient par trop le budget de l’expérience.

La science est bien une formidable source de progrès !