Achetez de la crème de marrons, vous aurez un taille-crayons !

Chauds les marrons !

JPEG - 20.1 ko
La creme de marrons Clément Faugier
Pour un taille crayons, timbrez !

Un fin lecteur du RIEN nous a envoyé un courrier destiné à Clément Faugier, et qui ne connaît pas ce People dont la réputation n’est plus à faire ne connaît Rien, et je pèse mes mots.

Clément Faugier est le véritable inventeur de quelque chose d’aussi fondamental que la roue : la Crème de Marrons de l’Ardèche.

On se souvient que la firme financière Lehman Brothers a fait tantôt vaciller le monde sur ses bases en cherchant un peu trop tôt à retirer ses marrons du feu ! Il s’en est suivi la crise la plus grave du commerce mondial, c’est dire, et ça va encore mieux en le disant. Le marron en effet, c’est une longue histoire :

Ainsi personne ne veut en prendre un, mais il est convoité à l’égal de la châtaigne et si vous n’en avez pas amassé quelques-uns dans un coffre, vous êtes marron ! La couleur marron est riche, n’est-elle pas composée du mélange de toutes les autres couleurs ? On sait aussi qu’un "marronnier", bien connu des journalistes, assure les plus grands tirages de la presse People (citons pêle mêle dans ce dernier cas le passage à l’heure d’été et à l’heure d’hiver, la rentrée scolaire avec son corollaire le poids des cartables, puis vient la neige, le froid et le verglas en hiver, j’en passe et des meilleures.

Et voici que toute l’affaire prend un tour inattendu, lorsque Clément nous permet, tout-à-coup, d’affûter la mine de nos crayons, de couleur marron comme il se doit.

L’affaire des taille-crayon aux marrons

En effet, en achetant du Clément Faugier, vous pouvez obtenir rien moins qu’un taille crayon GRATUIT en échange de quelques dizaines de points glanés sur les boîtes de sa délicieuse crème accompagnée de quelques timbres postes. Selon notre calcul, en dégustant 1 Kilogramme de cette délicieuse crème de marrons vous obtenez, moyennant quelques timbres de plus, un fabuleux taille-crayons. Qui ne se laisserait tenter par une promotion aussi inoubliable, je vous le demande ?

Un lecteur avisé a souligné cependant les aléas de cette merveilleuse offre sans précédent. Voici son courrier que nous a aimablement communiqué Clément Faugier en échange de quelques timbres :

Mesdames, messieurs du département « taille-crayon »,

Au nom de toute ma petite famille consommatrice de la crème de marrons Clément Faugier, je vous adresse mes plus ardentes félicitations pour la créativité et la générosité, que dis-je ? le sens du sacrifice que vous avez fait éclater au grand jour, au beau milieu de notre dernier petit déjeuner.

Je dois dire que nous avons été soufflés après la découverte enchanteresse que nous avons faite entre deux croissants et un bol de céréales. De quoi s’agit-il me direz-vous ? Eh bien oui, de ce merveilleux taille-crayon Clément Faugier imprimé sur le couvercle d’une petite boîte de conserve fidèle à l’originale. Bravo ! Quel trompe-l’œil confondant !

Malgré ce bonheur idéal dans lequel vous nous plongez par surprise, je dois mettre un bémol à tout cela. Faire tourner les têtes est une chose, mais encore faut-il raison garder. Comprenez-moi, depuis hier mes trois enfants trépignent d’impatience et se gavent de crème de marrons avant les repas, tandis que ma femme encombre ses caddies de supermarché de votre crème pour accumuler les points à découper sur les emballages. En somme, votre campagne tellement alléchante risque de semer insidieusement le chaos dans notre pays. Bientôt les écoles seront désertées et les grandes surfaces assaillies de citoyens aux yeux illuminés ! Ne craignez-vous pas que certains profiteurs de cette offre miraculeuse, n’ayons pas peur des mots, n’épuisent vos stocks afin de revendre à prix d’or l’objet de dévotion tant convoité ? Peut-être même à des familles déjà ruinées par la crise, mais prêtes à revendre leurs subprimes pour obtenir le taille-crayon dont la valeur sur internet aura plus que centuplé, d’ici quelques dizaines d’années ?

Loin de moi l’idée de vous blâmer, examinez simplement les mises en garde d’un admirateur soucieux de pondération. Peut-être avez-vous eu le cœur plus gros que le portefeuille, c’est une propension humaniste tout à fait louable… mais gare à la faillite ! Gare à la déforestation de l’Ardèche par la surexploitation des marronniers !

De grâce, avant qu’il ne soit trop tard, vous devriez rééquilibrer les rapports consommateur-entreprise en proposant des lots plus réalistes. Ainsi quelques idées que je vous offre : une châtaigne décortiquée accompagnée de sa peau conservée sous un rectangle de scotch ? Ou quelque pupe d’insecte parasitaire qui éclora dans une boîte d’allumettes pour le plus grand plaisir des enfants ? Je n’en dis pas plus, ce serait sous-estimer le potentiel de vos publicitaires. Nous savons tous que ces grands professionnels ont le travail chevillé au corps !

Sur ce, je dois vous laisser à votre lecture des centaines de milliers de lettres de félicitations que vous avez dû recevoir. D’ailleurs la mine de mon crayon étant à présent rabotée jusqu’au bois, il me faut attendre la réception de votre superbe cadeau.

Je me rue sur le champ à la Poste pour vous expédier un plein carnet de timbres. Pas de petits gestes entre nous, je n’aurai pas la bassesse de compter !

Encore une fois pardon pour ces quelques lignes dont j’espère qu’elles ne vous paraîtront pas trop déplacées. Mais je sais que vous êtes cléments chez Faugier, et je vous fais la promesse solennelle de mettre votre taille-crayon en valeur, sur le buffet du séjour, le plus souvent possible, outre que j’y affûterai également stylos à bille et stylos à plumes.

Avec mes plus sincères salutations,

Votre plus grand fan : Sacha Taigne.