Enfin une bonne nouvelle ! A Montréal on vient de remporter une très grande victoire pour combler le trou de la couche d’ozone, et les pays participants se félicitent des nouveaux résultats obtenus.

Une magnifique avancée !

Le Protocole de Montréal est considéré comme une réussite internationale pour avoir déjà permis d’évincer 95% des produits dont il prévoyait l’élimination d’ici à 2010 afin de protéger la couche d’ozone peut-on lire dans les journaux canadiens. Pour ceux qui s’inquiétaient donc à propos de la couche d’ozone qui nous protège des rayons nocifs du soleil, plus de souci, les CFC vont bientôt totalement disparaître. La société Dupont qui les fabriquait a heureusement trouvé la parade avec des produits plus chers et surtout protégés par un brevet alors que celui des CFC allait tomber dans le domaine public. Nous sommes sauvés !

Et pour les esprits chagrins qui aimeraient qu’on leur parle du trou plutôt que des CFC - comment il évolue, est-ce qu’il se réduit, etc. - bref, aimeraient des résultats à propos de l’ozone plutôt que des bénéfices de Dupont, ils sont invités à attendre 2030, ou mieux, 2050. Quand le nouveau brevet des produits alternatifs tombera à son tour dans le domaine public et qu’on se rendra compte que de nouveaux produits plus rentables - pardon, plus efficaces - nécessitent d’éliminer les produits utilisés jusque là.

Entretemps

Et entretemps ? Le trou se porte bien, merci. Il est sujet comme depuis des milliers d’années à des variations cycliques qui ne doivent rien aux CFC dont il se moque comme de sa première chemise. Pas d’inquiétude donc de ce côté là, en octobre il augmente mais ensuite se rétracte chaque année. Bonne nouvelle, n’est-ce pas ?